mardi 25 avril 2006

inspecteur gadget

La rentrée est entamée, depuis un mois presque, et donc, on remet les compteurs à zéro.
Comme tous les ans, les senseis effectuent une visite chez chaque enfant. Comme le Père Noël, sauf que c'est de jour et sans cadeaux.

Dans mon cas, il a fallu trouver à chaque visiste (ben oui, j'ai deux filles et le fait qu'elles soient soeurs et habitent au même endroit n'a visiblement effleuré personne), une maman anglophone pour que je comprenne un peu plus que les grandes lignes.
Je ne savais à quoi m'attendre, surtout après que Yuko m'ai confirmé "c'est bizarre, hein?", parce que je n'étais pas sûre d'avoir compris de quoi il s'agissait et avais à ce moment là les même yeux que les poissons de Tsukiji.

Ont
donc débarqué successivement Yoyoï Sensei, pour Judith, et Shimo Sensei (ayé je connais le nom du "petit Sensei"), pour Garance, chacun dans un habit d'apparat qui m'a laissée pantoise, moi qui les recevait en tatannes, c'est à dire tailleur et costumes cravate, alors qu'une heure avant à l'école ils avaient des pantalons mous et des tabliers Totoro.

Yoyoï Sensei attendait l'arrivée salvatrice de notre Norito-traductrice en chef pour commencer à parler, et nous sommes restées bêtement sans mots dire devant la porte jusqu'à ce qu'elle arrive. Je précise que je l'aurais bien fait rentrer, on aurait même bu un thé, mais ça doit pas se faire, je sais pas, elle a pas voulu. Une fois Norito arrivée, Yoyoï Sensei a sorti sa petite fiche à la Delarue, et a commencé : "Judith joue-t-elle avec son papa?". Des questions commes ça, simples et sans détours ont l'air de pièges pour moi, tant je ne vois ni l'intérêt de poser la question ni celui d'y répondre :"Oui". Je me suis sentie suspecte, surtout quand Norito a rajouté, "oui" c'est une bonne réponse, mais tu peux dire quelque chose en plus si tu veux". Ok, je saisi la nuance, donc je développe, oui judith est proche de son papa, il s'occupe d'elle, et il joue avec elle, les week end, et aussi tous les jours. Yoyoï a tout noté sur sa fiche, ou alors elle faisait son loto, mais en tous cas elle a écrit tout le temps, malgré la platitude de nos propos, que je ne retranscris donc pas ici (si quelqu'un veut un compte rendu, faites le moi savoir je demanderais une photocop à Yoyoï).
Puis salutations d'usages, bye bye et à demain, Yoyoï s'en fut sur son petit vélo, dans la côte qui longe notre maison, en tailleur et talons aiguilles,
la pauvre, sans doute mettre ses notes au propre afin d'en faire un exposé détaillé à la directrice hémiplégique du troisième.

Shimo Sensei quant à lui, est venu aujourd'hui, jour de pluie. Je l'aurais bien fait entrer avec la maman de Kiana (dont je ne connais pas le prénom puisque tout le monde se présente comme "la maman de"), mais n'a pas voulu, malgré la pluie,
le règlement doit formellement l'interdire, il a juste demandé le couloir d'entrée, avec la crainte dans les yeux que je le soupçonne d'outrepasser les bornes. Shimo Sensei est entièrement dévoué à sa tâche, comme jamais de ma vie je n'ai vu un maitre l'être ; et que je te joue avec les enfants, que je te me laisse grimper dessus, faire le petit train et autres choses humiliantes. Shimo Sensei est méthodique et lave TOUS LES JOURS après les "cours" les vitres de TOUTE l'école, dedans ET dehors, et ce, même au deuxième étage, ce qui l'oblige à faire des accrobaties sur le toit pour frotter le petit coin à gauche. Et bien même un chiffon à la main et un pied dans le vide, Shimo Sensei fait coucou aux enfants qui l'appellent d'en bas, avec le sourire s'il vous plait. J'en ai connu qui aurait fait "z'allez me laisser sales gosses, voyez pas que chuis occupé ?!"
Avec Garance, Shimo Seinsei joue au ballon ou à la pelleteuse pour construire un méga tunnel dans le bac à terre, il la console quand elle est triste, s'assure qu'elle comprend ce qu'on lui demande et boutonne avec amour sa veste jusqu'en haut, et
se met au français.


Alors imaginez un peu ce qui s'est produit cette après midi sur mon porche (la pluie avait cessé), dans la tête et le coeur de Shimo Sensei, quand je lui ai rapporté les mots de Garance d'il y a quelques jours : "Mon endroit préféré du monde c'est l'école!".
Shimo a rit avec une expression divine de mission accomplie, il a croisé ses mains, il les a ensuite tapoté sur son torse en hochant la tête, avec pleins de petits onomatopées de contentement. La maman de Kiana a dit "He's very happy!".
Pas besoin de traduction....

7 commentaires:

flo a dit…

Oh... merci merci merci pour ce récit, j'ai tout lu avec régal...
Comme j'aimerai être à cette école ! Oui oui en ce moment je trépigne d'aller au japon, même si ça doit être dans une école maternelle ! C'est super pour vos filles en tous cas. Je leur souhaite de vraiment profiter de cette "nouvelle vie".
A bientôt...

madame gâ a dit…

palme de la rapidite, Flo, pour ce commentaire a un message tout frais poste!!
sinon, oui, la maternelle c'est dreamland....

yvan a dit…

J'ai pas grand chose a dire.. mais comme je sais que des fois vous aimez bien recevoir des commentaires des gens qui vous lisent, je me permet de dire que ce billet est tres interessant, et j'aime aussi les illustrations. Il y a beaucoup d'etrangers dans cette ecole?

Nico a dit…

Et ça s'apparente à "une visite de courtoisie" ou à une "réunion parents-professeurs" à domicile ?!...

G. a dit…

Au moins, tu es sûre que c'est pas la Ddass qui vient vérifier qu'il n'y a pas de poussières sous le canap' et que, toi aussi, tu laves tes vitres tous les jours y compris le petit coin difficile à atteindre !!!

madame gâ a dit…

Yvan---- non a part mes deux filles et le petit alex (americano-suisse) arrivee cette annee, personne...par contre une poignee d'enfant japano-europeens brouillent les frontieres de la difference...

nico---- c'est une visite ultra officielle. mais etant donne que les habituels entretiens parents profs se tiennent a l'ecole a la fin de chaque trimestre, ca n'etait donc pas un entretien parent-prof. Pas a chercher, y a pas d'equivalent en france...

E&G---- ben justement au debut je m'attendais a une inspection de ce genre, ou dorment vos filles, quels sont leurs jouets, leur brosse a dents..mais non, j'ai fait mon menage de printemps (sauf le petit coin a droite car je deteste faire les vitres), et il n'y a eu aucun sensei pour se mirer dans l'email du lavabo...dommage!

Elise a dit…

J'avais appris durant mes cours à l'iufm (eh oui...je suis une instit) qu'au japon les profs se rendent au domicile des élèves pour établir le milieu socio-professionnel des parents, l'environnement culturel des enfants etc...afin d'adapter les méthodes pédgogiques aux besoins des enfants. J'en ai maintenant la confirmation!
Je trouve ça pas mal, car en france je trouve qu'on manque parfois d'infos sur la vie de l'enfant. Certains parents ne viennent jamais à l'école et il nous est difficile de 'situer' quels sont les repères des élèves.

Je comprends qu'on peut interpréter ça comme une sorte d'inspection...mais c'est utile, et c'est au bénéfice des enfants! Chouette.