mercredi 30 novembre 2005

riz gluant

On arrive en général dans un pays étranger avec de grosses valises , comme autant de parcelles de chez soi (en espérant secrètement reconstruire le même, en mieux ou du moins en plus exotique), contenant, rangés entre les brosses à dents et les petites culottes, de nombreux clichés sur le dit pays, mièvres ou attractifs, et pour aller avec, la quasi-certitude, que non seulement notre façon de faire est la seule (qu’on connaisse), mais aussi la seule (valable).


Depuis trois mois que nous sommes ici, nous avons appris pas mal de choses. Par exemple, une des premières expressions que nous firent rapidement nôtre à Tokyo est une petite phrase entendue 1856 fois, qui non seulement se retient bien (en même temps, après 1856 fois…) mais se place partout et à tout propos : « sô desu ne » (se prononce sodessné), et sa variante interrogative « so desu ka? »(sodesska?). Littéralement « alors c’est vraiment », on peut la traduire par « c’est ainsi » ; c’est un équivalent de notre « ah oui », ou encore « mhmh » selon le sexe de la personne qui parle : les garçons font « mhmh » quand on leur parle, tandis que les filles ponctuent la conversation de rires cristallins, de mains dans les cheveux, de retouche-gloss et de « ah bon? », de « ah ouais! » et de «vraiment? ».


Une autre chose que l’on a appris, et qui est valable ma foi all over the world, est que ce qu’on prenait de prime abord pour du folklore, de l' excentricité ou une furieuse envie de faire son intéressant, n’est qu’en fait du pur bon sens national.

Ainsi, si les japonaises portent des collants sans pieds, ce n’est pas parce qu’elles ont adoré Flashdance, mais parce qu’il existe un nombre impressionnant de raisons de se déchausser la journée : on se déchausse chez soi, chez les autres, au travail, à l’école et on change de tatanes au toilettes (ceux qui suivent le savaient déjà). Ajoutez à cela un chauffage par le sol et un parquet très beau mais très glissant et tout s’explique.

De même on croit tous que ce sont les japonais qui ont inspirés à Mickaël Jackson ce masque protégeant nez et bouche ; et pourtant on se rend vite compte, qu’ils le font uniquement en cas de grippe, rhume ou que sais-je encore, pour mettre leur appendice nasal hors d'état de nuire, et non comme M.Jackson, parce que de nez il n’a plus et qu’il ne veut effrayer personne.


Nous avec nos sourires de gaidjins, on se disait que la maniaquerie avait été inventée par les nippons, en les voyant recouvrir tous les soirs leurs sacs poubelles impeccablement rangés sous un filet bleu ; quand nous avons fait les frais un beau matin, de nos sacs sans filets saccagés par les corbeaux (ici, point de pigeons, mais d’énormes corbaks qui se repaissent de détritus), et qu’il fallu ramasser pelures de carottes, thé sans sachet et cheveux de salle de bain, on a commencé à comprendre. Idem devant les rayons de housses pour vêtements, on trouvait que cette manie de l’emballage confinait à l'obsession maladive voire à une forme extrême de psychorigidité ; mais maintenant que l’automne est là, avec son énorme taux d’humidité gorgé dans le bois qui transforme nos armoires en réservoir à pulls qui sentent le moisi, je saisi l’intérêt du plastique étanche.


On s’est aussi un peu moqués quand on a su que les japonais ne faisaient pas de brocantes, du moins à proprement parler, car ils ne supportent pas les choses usées, même si elles ne le sont que peu d’ailleurs, mais l’idée de seconde main leur est insupportable. Et depuis qu’on utilise une machine à laver japonaise, qui ne lave qu'à froid, ben oui, et une lessive japonaise qui donc par voie de conséquence est très corrosive, et que je rajoute du détachant car non, le feutre à froid, ça part pas, et que je vois la tête de nos vêtements, je commence à saisir la notion de plaisir associé au neuf et la notion d’arnaque associée au déjà porté.


C’est ainsi depuis trois mois, on se nipponise, je porte des collants sans pieds et on range nos poubelles. Nos toilettes sont dans le couloir, loin du chauffage principal, et donc plutot fraîches ; depuis quelques jours, on a allumé le chauffe lunette des gogs, qui nous faisait bien poiler, « ah n’importe quoi, comme si quelqu' un t’avais chauffé la place, non mais quelle horreur, de toutes facons, on reste pas des heures ! ». Désormais, on l’ utilise avec bonheur et délectation...
Les gogs chauffants ? So desu ne!

5 commentaires:

Tati-Ka a dit…

Pourquoi ce titre "riz gluant" ?
(simple curiosité car jusqu'à maintenant, le titre était lié au texte...)

madame gâ a dit…

ben en fait je suis psycho-rigide moi même et vu que le blog "Itadakimasu" signifie "bon apétit", je me contrains a donner un titre alimentaire a chaque fois...c'est pas facile-facile, et comme je commence a etre a cours, ben j'improvise, et la c'est vrai, je dis pas,ca tombe un peu a plat. tu remarqueras que benoit ne suit pas toujours la regle, le coquin....

Luis et Maud a dit…

super intéressant ce p'tit survol de ces sacrés japonais qui ont plus d'un tour dans leur sac pour nous étonnés!

Thalie a dit…

Euh mais ce sont toutes les machines qui lavent à froid ou pas ?
Mais ça lave pas alors ou mal !?... Et le pourquoi de cette curiosité qui, pour l'instant, n'est pas très sensée pour moi !?...

Marie a dit…

Je compatis pour la machine à laver. J'ai le même problème à Nagoya. J'ai contourné l'histoire en mettant de l'eau chaude de force dans la machine avec le tuyau de la douche... Enfin bref, la journée lessive, c'est un peu une tanée ici !