lundi 28 novembre 2005

La prune qui pue la crotte


Premier jour de crèche aujourd'hui pour Judith-chan, qui a commencé son adaptation au Day care center, à trois pas (allez, dix), de l'école de Garance.
Accueillies par Kanaï, nous avons retrouvé les locaux précédemment visités, une grande pièce principale aux tapis de jeux épars, un coin repas, petit mobilier taille enfant, le tout sous un plafond peint de ciel bleux et nuages cotonneux.
Kanaï est la manager en chef, c'est aussi la seule qui parle anglais, et de ce fait, mon principal interlocuteur. Judith s'est déchaussée et a senti le vent tourner alors que je gardais mes chaussures. Elle a réclamé les bras, et je lui ai dit dans un dernier câlin, non je ne te prends pas, car je vais m'en aller, mais toi tu vas rester et jouer, et puis je reviendrais tout à l'heure te chercher.
Etonnante Judith qui a vraiment pris sur elle, n'a rien dit et s'est laissée prendre dans les bras ; bye bye mummy, j'ai filé et elle m'a regardé partir sans broncher mais avec un regard lourd de sens.
Judith-chan a un peu pleuré ensuite, mais a retrouvé vite son sourire pendant la ballade en extérieur, a ramassé glands et feuilles mortes avec ses petits copains ; puis retour à la crèche où la vue des locaux décidément sans maman à l'horizon l'a replongé dans sa tristesse. Et puis, "gambaru", (en japonais, on dit souvent aux enfants "gambatte!", qu'on peut traduire par "courage!" mais qui a la subtilité de souligner que cela demande un certain effort ; Kanaï a donc trouvé Judith particulièrement méritante), elle a encore pris sur elle et a décidé que ça irait, elle a joué puis dégusté la cuisine japonaise des nannys : "elle en a repris", m'a expliqué Kanaï, que j'apelle Canaille en mon fort intérieur, et elle m'a ensuite tendu un compte rendu détaillé de sa matinée, que j'ai signé et dont elle m'a remis le duplicata très officiel. On est loin des "oui ça a été" évasifs des nounous à l'heure des mamans.
Avant de partir, Kanaï m'a expliqué que Judith avait ramassé un petit...un petit quoi? Elle ne connait pas le mot anglais et moi le japonais ne m'évoque pas grand chose. Elle est alors allé chercher ce petit machin que Judith a ramassé au parc et qu'elle a tenu à garder durant tout le chemin du retour.
C'est une petite prune, toute ridée, de la taille d'une grosse noisette. Kanaï m'explique que ce petit fruit a une particularité étonnante, celle de sentir le caca. Oui. La prune sous le nez, je confirme, et c'est même bluffant de sentir autant la crotte quand on n'est qu'un fruit.
D'ailleur ajoute Kanaï, c'est un fruit comestible. Humhum. Moi qui n'ai pas encore mangé j'en reste baba et voudrais pas jouer à Koh Lanta dans les parcs japonais....
Judith et moi repartons, enlacées, et Judith-chan répète en boucle "ça sent la crotte, ça sent la crotte..."
Avis aux amateurs.

4 commentaires:

tati lo a dit…

un grand bravo à judith pour son premier jour de crèche!!! et si elle pouvait me ramasser quelques prunes qui sentent la crotte, j'ai quelques cadeaux à faire!

Tati-Ka a dit…

Valait mieux cela plutôt qu'elle revienne avec des crottes qui sentent la prune ! Finalement...

itadakimasu a dit…

alala, des que ca tchatche caca, on a des commentaires inspires....
tati lo, no problem le parc est vaste on peux t'en fournir un bon kilo,...et ca sera de la bonne!
tati-ka t'as pas tort, et je me felicite de n'avoir rien trouve qui ressemble a des excrements dans ses poches, meme a la prune...

madame gâ a dit…

au dessus ct ga