jeudi 9 février 2006

Le chef de la police pakistanaise

Comme vous le savez, on aime l’art conceptuel. Le vrai, le dur. Les genres d’œuvres, d’installations ou de performances que se délectent fréquemment à critiquer pas mal de gens (et je ne vous parle pas que de mes collègues de bureau). Celui qui passe vraiment au dessus de la tête de beaucoup d’entre nous. Ce n’est pas par snobisme, par une connaissance académique de l’histoire de l’art contemporain ou par un goût immodéré de l’anticonformisme. Non c’est juste qu’en règle général c’est drôle et des fois c‘est même beau. Alors on pensait qu’on en trouverait beaucoup de musées d’art contemporains à Tokyo et pour l’instant on avait été assez déçu. Mis à part quelques expositions somme toute assez courtes comme les rétrospectives Gundam et Snoopy, on a rien vu. Jusqu’à dimanche dernier ou la petite famille s’est rendue au Tokyo Museum of contemporary art, le MO+.


C’est grand, c’est beau. C’est en pierre, en verre en métal et en bois. On a déposé nos petites affaires dans un coin locker en plexiglas transparent marron fumé puis on est parti à l'assault d'une exposition sur l'art contemporain en europe de l'est avec des petits automates habillés de 1 mètre de haut qui ont beaucoup plu saux filles et un sac de provisions qui parlait avec un poireau rotatif (la aussi gros succes aupres des cocottes).


Plus loin une selection (No border) de quelques jeunes artistes japonais dont notamment Seiya Shinotsuka, Hisashi Tenmyouya, Akira Nagasawa, Kumi Machida, Fuyuko Matsui, Natsunosuke Mise et enfin Yuki Yoshida. Des oeuvres impressionantes avec un vrai style que l'on ne trouve qu'ici.
Enfin la collection permanente avec des David Hockney (pas les dessins des parcs de Vichy quand même...) et quelques Warhols. L'exposition se terminant par un mur de chiffres à LED rouge défilant assez impressionants. Bon comme dans tous les musées japonais il veulent absolument vendre le bouquin à la sortie (ben oui on l'a acheté...), il est interdit de prendre des photos donc on ne va rien vous montrer , et puis vous n'avez qu'a y aller....
Vu au magasin du musée, entre des livres d'art et des parfums 'comme des garçons', un présentoir de bloc papier Rhodia (oui, les tout moche orange), qui est, ici, le summum de la classe....Un de ces quatre j'irais me promener dans Harajuku avec un sac Leclerc et ce sera la classe...


Au retout vu sur un des piliers du métro. Sur la hanzomon line, les filles qui ne veulent pas se faire plotter les fesses ou endurer l'haleine âcre d'un salaryman peu réveillé dans le métro peuvent utiliser des rames spécialement réservées au femmes.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour à vous, c'est Marilou de Lyon !
c'est toujours un plaisir de vous lire, de découvrir avec vous, de s'étonner, de sourire !! Gaëlle, tu devrais te dégoter un boulot de chroniqueuse dans un magazine! une française au Japon, je suis sûre que ça marcherait !
Un ptit mot sur les dessins de Garance : c'est impressionnant comme ils sont expressifs, vivants ! Bravo !
Bises à tous

madame gâ a dit…

bien le bonjour Marilou!!
je crois que j'ai des aptitudes pour delayer a l'infini des anecdotes ne meritant dans la vraie vie que deux mots, en gros : faire beaucoup de bruit pour rien...hehehe, si en plus on me payait un jour pour ca, ca serait le pied!!
bon je zappe sur ton mail pour te poser pleins de questions....bisous!

Tati-Ka a dit…

"le chef de la police pakistanaise" ???

Tati-Ka a dit…

"le chef de la police pakistanaise" ???

Tati-ka a dit…

PS : moi, si je comprends pas les titres, ça me bloque ...

itadakimasu a dit…

reflechis bien....