dimanche 26 février 2006

Dans la foule Romaine

La foule Japonaise, que n'a t-on pas dit sur la foule Japonaise. Elle est disciplinée, calme, silencieuse, rassurante. Ouais, ok mais ca reste de la foule et la foule c'est quand même un peu pénible. Surtout quand on est coincé en vélo au milieu d'une foule du 3eme âge, (bientot la classe dominante au Japon, attention), venue comme par hasard voir la même chose que nous au même moment. En l'occurence le nouveau complexe Omote Sando Hills, tout entier dédié au luxe et à la consommation. C'est une enfilade de magasins de luxe assez ennuyeux dans une atmosphère béton brut (un jour quelqu'un devra m'expliquer leur amour du béton brut de décoffrage) et pénombre. Seul interét, tout en bas de la galerie, il y a un magasin Kyosho, oui, les petites voitures radiocommandées, avec un tout petit circuit en moquette ou l'on peut essayer les modèles.


C'etait bien sur gavé de monde, du coup j'ai pas eu le courage d'attendre une heure et demi pour en faire un tour. Mais j'y retournerais.

A deux pas de cette débauche de luxe, on tombé sur une favéla. Ambiance Sarajevo après les bombardements. Ok vous allez dire que j'éxagère, et qui es tu toi qui n'a jamais mis les pieds dans une favéla pour critiquer et comparer un quartier de Harajuku à une favéla, "a favela é oun problema social" S.Jorge. OK je m'incline mais seulement je voulais insister sur le décalage entre Omote Sando (L'equivalent des Champs Elysées) et ces vieux immeubles à l'architecture soviétique et cette mama-san qui pousse péniblement sont chariot devant des jardins collectifs, pourtant situé à deux pas de la préstigieuse avenue.


Puis après une expo inopinée de graduation d'élèves d'une école d'art, nous avons fait notre petit tour dans harajuku ou il est si agréable de se promener. On a fini par acheter deux tourtes molles, mais cette fois sous la forme de poulet roti, que nous avons dévoré avec E et B et leur petit a. En rentrant on a trouvé la maison (et accessoirement la voiture) que l'on va acheter a Tokyo (enfin dans nos rèves....).




Ce matin il pleut, alors on écoute Tom Vek et Le "Road to Rouen" de Supergrass dans notre lit pendant que les filles regardent Barbapapa.


p.s. une petite video qui a beaucoup fait rire madame ga : ici

11 commentaires:

G. a dit…

et pas "foule romaine" de Jean-Louis Murat ???

madame gâ a dit…

basta! on s'en fout on s'entraine....

G. a dit…

"L'occidental, en voyant cela, est frappé par ce dépouillement et croit n'avoir affaire qu'à des murs gris dépourvus de tout ornement, interprétation parfaitement légitime de son point de vue, mais qui prouve qu'il n'a point percé l'énigme de l'ombre."
Tanizaki, Eloge de l'ombre, page 52.
ça, c'est de E.

et moi, je dis : oh oh ! madame gâ connait son Jean-Louis sur le bout des doigts... !!! Super !!! et donc, quand est-ce qu'on se voit ?!!!!

madame gâ a dit…

ah ben moi je veux bien le lire cet "eloge de l'ombre", parce qu'on a l'inpression de passer a cote de quelque chose, alors....
G. je suis flemmasse et grognon mais d'ici peu quand je serais a nouveau frequentable, je t'inviterais a boire un the vert-lichi dans une migone brasserie (de notre quartier...) ;)

akaieric a dit…

mmm thé vert-litchi...:)
Je viens de remarquer l'arrivée de la famille playmobil en haut à droite sur votre site: Bienvenue!
Encore une belle balade dans les rues de tokyo. Ca fait envie.
Je trouve que la petite maison semble tout droit sortie d'un dessin animé de Miyazaki. A quoi ils peuvent bien ressembler les propriétaires? Ce sont peut être des magiciens ou un truc comme ça?

emm. a dit…

c'est très bien l'éloge de l'ombre, en fait grâce à lui tu comprends tout ensuite sur le japon, pas besoin de s'enfiler des tartines de livres écrits par des sociologues qui veulent expliquer le pourquoi du comment...

en fait les japonais ne voient pas et n'entendent pas les mêmes choses que les occidentaux...

c'était le conseil du jour...

madame gâ a dit…

bon ben je suis convaincue, j'apelle amazone de ce pas!!!
Surtout qu'on m'en avais largement parle, mais c'etait avant, a l'epoque ou mes pieds n'avait pas touche l'ile, alors j'avais pas reussi a m'y interesser (un peu comme les cours de japonais, on voit plus l'interet d'apprendre des hieroglyphes une fois sur place)...

madame bâ a dit…

j'apelle : j'appelle
on m'en avais : on m'en avait
mes pieds n'avait : mes pieds n'avaient

...

désolée

...

ajoutez à votre commande sur Amazone :
Les chevaliers du subjonctif
La grammaire est une chanson douce

itadakimasu a dit…

Madame Ba : Il n'y a pas de e à amazon...

madame gâ a dit…

bon j'ai fait des fautes d'othographe. ok.
d'autres remarques incroyablement interessantes? (han j'ai oublie les accents!!)

emm. a dit…

je sais qui se cache derrière madame Bâ...

c'est un homme.



c'est Eric Orsenna.