mercredi 25 février 2009

En haute mer, il faut se mefier de tout


O-otoya, Shibuya. une chaine de restaurant Japonais hors de tout reproches. C'est fameux, vraiment pas cher et tout le temps bondé. Il y en a partout et notamment un à Shibuya vers le mac store. En attendant mon poisson grillé qui se faisait désirer j'ai pu assister au souper d'une grosse grappe de Shibuyettes de bien belle facture. Et vas-y que je m'étale sur la grande table du milieu, et vas-y que je refais la permanente de ma copine en plein restaurant.

Une fois la mise en plis terminée, c'est concours de Keitai avec une grande victoire pour la Shibuyette en robe fuschia et choucroute garnie qui a rien moins qu'un nounours recouvert de diamants flanqué sur le capot de son telephone. Puis vient la consultation de magazines avec forces "kawai ne" hurlés dans la gamme haute du spectre sonore.

Ensuite c'est le ravitaillement avec de bon gros sodas vert fluos, style 7up au kiwi que ces demoiselles sirotent devant un vieux salaryman qui caresse sa cravate en mourant de faim et en jetant des regards mauvais à la serveuse débordée.

Quatre Shibuyettes c'est environ quarante ongles french manucurés façon "world record extreme" avec une école de danse miniature en brillant sur chaque doigt pour l'une et des saucisses cocktails en strass contrecollés sur 2,5 cm de faux ongles pour l'autre. Et vraiment je me demande comment elles font pour envoyer des sms ou des e-mails en Kanji avec tout ça au bout des doigts.

Alors que les sobas arrivent c'est maintenant repoudrage de face huileuse avec LE miroir de poche, format A4 .

Enfine belles, coiffées et poudrées c'est silence c'est touillage de salade et soba. J'avais déja remarqué cette coutume un peu locale de touiller ses aliments de façon très exagérée avant de manger. Avec une dexterité incroyable, elles vont mélanger, tourner, disperser et homogenéiser leurs salade pendant au moins dix minutes. Un peu de calme avant.... l'arrivée de la grosse empaquetée dans une livrée rose bonbon. De toute évidence la chef de la bande, qui se pose sur sa chaise réservée et les assome toute d'un "SOBA!!!!!" puissant et grave lancé à l'intention de tout le restaurant.

4 commentaires:

Julian a dit…

A comparer, qui a le plus raté sa vie, le salary man épuisé ou la Shibuyette sans avenir ?

senbei a dit…

Mention spéciale pour l'école de danse en brillants, j'étais PTDR ROFL, en gros.

Sinon, Yokoso....Ahmed le dit à chaque fois : "le Japon, c'est de pire en pire". Mais il revient chaque année.

pchan a dit…

Les shibuyettes ont-elles déjà vu "Le monde du silence"?

Anonyme a dit…

self chime investments conducts declining quote dressed confirmation palestine combine crowd
masimundus semikonecolori